Yves Duteil : Le petit pont de bois, L'adolescente, Prendre un enfant par la main et d'autres ancore ...

Publié le 3 Novembre 2011

DUTEIL.jpg

 

 

  http://blog.yvesduteil.com/blog/

 

 

Yves Duteil est un chanteur français, auteur-compositeur-interprète,

connu dans le monde entier pour ses chansons tout particulièrement

dédiées aux enfants.

 

Il  est le petit-neveu du capitaine Dreyfus, à qui il a consacré une

chanson sur l'album Touché

 

En voici 3 que j'espère plairont à mes elèves, à Michel,

et à sa maman, ma collègue Elena, qui m'a soufflé 

ces beaux textes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le petit pont de bois

 

Tu te souviens du pont
Qu'on traversait, naguère,
Pour passer la rivière,
Tout près de la maison,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits.

Si tu reviens par là,
Tu verras la rivière
Et j'ai refait en pierre
Le petit pont de bois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois.

Elle suit depuis ce temps
Son cours imaginaire
Car il ne pleut plus guère
Qu'une ou deux fois par an
Mais dans ce coin de terre,
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères,
Mais dans ce coin de terre
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères
Pour aller nulle part,
Et pourtant j'en suis fier...

 

http://www.youtube.com/watch?v=ubEPBx0VOMo

 

 

 

 

 

 

Yves Duteil & Jeanne Moreau - L'adolescente

 

 

  

 

Dis, où est l'amour
Le grand amour
Que j'attendais ?
Est-il, dans une ville
Ou dans une île
Qu'on a perdu ?

Yves Duteil :

Il est dans le berceau des destins
A la croisée des chemins
Sous les rameaux de jasmins
Dans la chaleur de l'été
Caché dans le creux des mains
Tout près de la vérité

Jeanne Moreau :

Dis, c'est quoi l'amour
Le grand amour
Que j'attendais ?
Est-il un oiseau fou
Un chien, un loup
Qui s'est perdu ?

Yves Duteil :

Il est un voyageur étranger
Un solitaire messager
Qui vient pour tout déranger
Dans la chaleur de l'été
Il est la peur du berger
Qui garde la vérité

Jeanne Moreau :

Dis, qui est l'amour
Le grand amour
Que j'attendais ?
Est-il fort comme le vent
Blond comme le temps
Le temps perdu ?

Yves Duteil :

Il est, comme le trajet de la fronde
Comme la course du monde
La mélodie de la ronde
Dans la chaleur de l'été
Comme les fleurs qui abondent
Tout près de la vérité

Jeanne Moreau :

Oui, c'est toi l'amour
Le grand amour
Que j'attendais
Tu es l'ange, le fou,
L'oiseau, le loup
Jamais perdu

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=Po08RIjku3E

 

 

  

 

  

 
 
 
Prendre un enfant par la main
 
 

Prendre un enfant par la main
Pour l'emmener vers demain,
Pour lui donner la confiance en son pas,
Prendre un enfant pour un roi.
Prendre un enfant dans ses bras
Et pour la première fois,
Sécher ses larmes en étouffant de joie,
Prendre un enfant dans ses bras.

Prendre un enfant par le coeur
Pour soulager ses malheurs,
Tout doucement, sans parler, sans pudeur,
Prendre un enfant sur son coeur.
Prendre un enfant dans ses bras
Mais pour la première fois,
Verser des larmes en étouffant sa joie,
Prendre un enfant contre soi.

Prendre un enfant par la main
Et lui chanter des refrains
Pour qu'il s'endorme à la tombée du jour,
Prendre un enfant par l'amour.
Prendre un enfant comme il vient
Et consoler ses chagrins,
Vivre sa vie des années, puis soudain,
Prendre un enfant par la main
En regardant tout au bout du chemin,
Prendre un enfant pour le sien.

 
 

Histoire d’amour

 

 

J'ai une grande histoire d'amour
Avec les enfants qui m'entourent
Ils m'accaparent ils me capturent
Ils me ligotent et me torturent
Puis ils s'endorment dans mes bras
Alors je fonds comme un iceberg au Sahara

Je fais des gares avec Romain
Et des viaducs et des tunnels
Pour regarder passer ses trains
Entre les verres et la vaisselle

Je raconte un soir à Clémence
Le grand voyage du goéland
Le lendemain je recommence
En ajoutant deux continents

Puis je danse avec Alicia
Qui n'aime que moi et les grands airs de l'Opéra

Je crois que je suis l'un des leurs
Je suis né pour sécher les pleurs
Comme le Renard du Petit Prince
Ils m'apprivoisent et ils m'attachent
Avec des fleurs...

J'ai une grande histoire d'amour
Avec les enfants qui m'entourent
Quand ils me parlent au téléphone
C'est dans mon coeur que ça résonne

Et s'ils se pressent autour de moi
Alors je fonds comme un igloo dans un sauna

Je fais des gammes avec Céline
Pour la joie de la voir passer
Sans faire de bruit par la cuisine
Au bocal des bonbons cachés

Et je chante avec Émilie
Qui voudrait bien devenir une star
Elle m'accompagne à la mairie
Je l'accompagne à la guitare

Puis je danse avec Alicia
Qui n'aime que moi et le final de la Tosca

Je crois que je suis l'un des leurs
Que j'ai dû grandir par erreur
Comme le géant de Gulliver
Je suis toujours assis par terre
A leur hauteu ...r

J'ai une belle histoire d'amour
Avec les enfants qui m'entourent
Souvent j'y pense avec bonheur
Mais s'ils devaient grandir ailleurs
J'aurais si mal au fond du coeur
Que je fondrais comme une banquise à l'équateur

J'irais chez Romain le Dimanche
Pour faire des passages à niveau
Des barrages et des avalanches
Avec lui dans les caniveaux

J'enverrais des cartes à Clémence
Et des timbres au monde entier
Postés du coeur de son enfance
Par son goéland préféré

J'irais au concert de Céline
Pour le plaisir de lui porter
Quelques douceurs de ma cuisine
Et peut-être un bocal entier

Et je chanterai pour Émilie
Qui signera des autographes
Après son show à la sortie
En posant pour les photographes

Puis j'irai retrouver Alicia
A l'Opéra pour sa première de la Tosca
A l'Opéra pour sa première de la Tosca

Je suis né pour sècher les pleurs
Et si j'ai grandi par erreur

Je crois que je resterai toujours l’un des leurs

 

http://www.dailymotion.com/video/x65cty_l-histoire-d-amour-yves-duteil_music

 

 
 

 

La maman d’Amandine

 

 

 

La maman d’Amandine veut que son amant dîne.
Amandine a dit non.
L’amant de la maman d’Amandine, indigné,
Redemande à dîner.

"Non, tu es mon papa, mais pourquoi n’es-tu pas
Le mari de maman?"
Et papa lui répond que quand on se marie
C’est beaucoup moins marrant.

Amandine a mangé, tout s’est bien arrangé
Dans le petit salon.
La maman d’Amandine amidonne les jeans
Et recoud les boutons.

Le papa se bidonne et quand maman s’étonne,
Il demande pardon.
"Je pars ce soir pour Vienne, attends que je revienne
Et nous nous marierons."

Pas de cloches qui sonnent, on n’ dit rien à personne
Et tout est comme avant.
Papa et maman dînent à côté d’Amandine
Et tout l’monde est content.

Pas de cloches qui sonnent, on n’ dit rien à personne
Et tout est comme avant.
Papa et maman dînent à côté d’Amandine
Et tout l’monde est content.

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=sjwyKeVh7KA

 

L’opéra

 

 

Je n’étais qu’un petit garçon,
J’étais tout seul à la maison.
Mes parents, pour un soir,
Étaient allés voir un opéra.
J’en avais pour un bon moment :
Ça n’arrivait pas si souvent.
C’était comme une trêve,
C’était comme un rêve, comme l’opéra.
J’étais dans un château fort,
J’avais une épée en or.
Je me battais comme un fou par amour pour vous.
Je me battais comme un roi par amour pour toi.

Je n’étais qu’un petit garçon,
Mes paroles étaient des chansons.
Il n’y avait ni tambour
Ni baryton pour mon opéra,
Mais dans mon imagination
Il y avait dix mille violons
Qui jouaient ma victoire,
Faisaient de ma gloire un opéra.
J’étais dans un château fort,
J’avais une épée en or.
Je me battais comme un fou, rendant coup sur coup.
Je me prenais pour un roi par amour pour toi.

Et devant l’enfant que j’étais
Toute la maison devenait
Une scène, un décor,
Et c’était alors mon opéra.
Je m’endormais sur les trois coups
Qui n’étaient peut-être, après tout,
Qu’un volet qui battait
Quand ils revenaient de l’opéra.
Mais j’étais dans mon château fort,
Et j’avais mon épée en or.
Je me battais comme un fou par amour pour vous.
Je me battais comme un roi par amour pour toi.

Je n’étais qu’un petit garçon,
J’étais tout seul à la maison.
Mes parents, pour un soir,
Étaient allés voir un opéra.

 

http://www.youtube.com/watch?v=6OtBt-jtM1U

 

 

 

 

 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #Chansons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article