Pierre Bachelet : "Le no man's land" ... "You! hypocrite lecteur! - mon semblable, - mon frere!"

Publié le 20 Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

20140312 182355

 

(cz)

 

 

 

no man's land

 

 

 

 

 

 
 
 
 

Tout au bout du chemin après le peuplier
J'ai coupé par les foins pour trouver le sentier
Dans le petit matin y avait plein de rosée
Et je me sentais si bien que je croyais voler

Arrivé tout en haut aux premiers contreforts

J'ai bu dans le ruisseau tout près d'un arbre mort
En me penchant sur l'eau j'ai regardé en bas
On me chercherait bientôt, bientôt
Je ne serai plus là

Et le soleil se levait
Sur le no man's land
Et les oiseaux s'en allaient
Vers le no man's land

Et tout près de la crête j'ai vu sur le versant
Un faisan à aigrette qui marchait tranquillement
Repéré la frontière du côté opposé
Y avait plein de militaires, un champ de barbelés

Je rentrerai pas ce soir, je rentrerai plus jamais
Je me suis caché pour voir le côté liberté
En bas dans la vallée y avait comme un hameau
Et de tendres fumées... fumées qui donnaient chaud

Et le soleil se levait
Sur le no man's land
Et les oiseaux s'en allaient
Vers le no man's land

J'ai tenté de passer, cinquante mètres à faire
J'ai entendu tirer, je suis tombé par terre
J'ai la vie qui s'enfuit au milieu de ma chemise
Mais que c'est beau la vie, même s'il y a des surprises

Je regarde les nuages, j'aimerais être comme eux
On tire pas au passage les flocons du ciel bleu
Étendu sur le dos, je regarde une dernière fois
Mais que le monde est beau, est beau autour de moi

Et le soleil se levait
Sur le No man's land
Et les oiseaux s'en allaient
Vers le no man's land

 

 

 

 

 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #Chansons

Repost 0
Commenter cet article