Molière "Le Bourgeois Gentilhomme" (1670) " Tout ce qui n'est point prose, est vers; et tout ce qui n'est point vers, est prose."

Publié le 3 Décembre 2011

 

BOURGEOIS-gentilhomme.jpg

 

 

 

Le bourgeois gentilhomme » Acte 2 » SCÈNE IV

 

 

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Je vous expliquerai à fond toutes ces curiosités.

MONSIEUR JOURDAIN.- Je vous en prie. Au reste il faut que je vous fasse une confidence. Je suis amoureux d'une personne de grande qualité, et je souhaiterais que vous m'aidassiez à lui écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser tomber à ses pieds.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Fort bien.

MONSIEUR JOURDAIN.- Cela sera galant, oui.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Sans doute. Sont-ce des vers que vous lui voulez écrire?

MONSIEUR JOURDAIN.- Non, non, point de vers.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Vous ne voulez que de la prose?

MONSIEUR JOURDAIN.- Non, je ne veux ni prose, ni vers.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Il faut bien que ce soit l'un, ou l'autre.

MONSIEUR JOURDAIN.- Pourquoi?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Par la raison, Monsieur, qu'il n'y a pour s'exprimer, que la prose, ou les vers.

MONSIEUR JOURDAIN.- Il n'y a que la prose, ou les vers?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Non, Monsieur: tout ce qui n'est point prose, est vers; et tout ce qui n'est point vers, est prose.

MONSIEUR JOURDAIN.- Et comme l'on parle, qu'est-ce que c'est donc que cela?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- De la prose.

MONSIEUR JOURDAIN.- Quoi, quand je dis: "Nicole, apportez-moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet de nuit*", c'est de la prose?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Oui, Monsieur.

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=25zWT-Vhd70

 

 

 

«Molière est tellement grand, qu’on est toujours frappé d’étonnement

lorsqu’on le relit. C’est un homme complet. Ses pièces touchent au tragique;

elles vous captivent et personne n’a le courage de marcher sur ses traces.»

JOHANN WOLFGANG VON GOETHE,

Entretiens de Goethe et d'Eckermann : pensées sur la littérature,

les moeurs et les arts.

 

Lire aussi l'article précèdent :

http://memoiresdeprof.over-blog.com/article-moliere-une-comedie-de-laurent-tirard-65825656.html

 

 

 

Le bourgeois gentilhomme    Comédie -Ballet

 

En 1670, en vue de son divertissement à Chambord, Louis XIV commande

à Molière ainsi qu’à Lully une comédie-ballet.

Le roi affectionne particulièrement  genre, pour son faste et pour l’alliance

de la musique, du théâtre et de la danse à laquelle il s’adonne en personne

lors de certains «divertissements royaux».

Molière travaille déjà depuis dix ans au rapprochement de la comédie et

du ballet. Le Bourgeois gentilhomme s’inscrit dans cette lignée, qui commence

avec Les Fâcheux (1661), se poursuit avec le Mariage forcé (1664) et

Monsieur de Pourceaugnac (1669) ; il en constitue un point d’aboutissement

esthétique.

Les deux sources d’inspiration du dramaturge, le ballet de cour et la commedia dell’arte, sont retravaillées en une unité dramatique et esthétique.

L’action dramatique est étroitement unie aux autres arts de la scène, comme la pantomime, la danse et le chant. Pour donner une cohérence à ce

genre complexe, l’auteur lie thématiquement les intermèdes chantés ou dansés

au sujet de la pièce: dans Le Bourgeois gentilhomme, les mascarades grotesques

et les pantomimes reprennent, dans leur langage propre, les lubies aristocratiques

de monsieur Jourdain.

La musique et la danse sont ainsi des contrepoints au «discours dramatique».

 Le Bourgeois gentilhomme, comédie-ballet mais aussi comédie de caractère et comédie sociale, fut jouée pour la première fois à Chambord, le 14 octobre 1670

puis, comme pour les autres commandes royales, à Paris, au théâtre du

Palais Royal le 29 novembre 1670.


“Le bourgeois gentilhomme” (1670) :

 Marchand de drap enrichi, M. Jourdain n'a d'autre souci que de passer pour un gentilhomme. Il s'applique à imiter la noblesse en entretenant sous son toit des maîtres d'armes, de musique, de danse, de philosophie. Flatté par l'amitié que lui porte Dorante, un gentilhomme décavé, il ne voit pas que celui-ci n'en veut qu'à sa fortune. Amoureux de Dorimène et lui faisant une cour coûteuse, il ignore que Dorante se dispose à épouser la jeune femme. Cependant, la sagesse l'emportera lorsque Covielle, valet de Cléonte, aura imaginé, pour faire triompher les amours contrariées de son maître et de la jeune Lucie, fille de M. Jourdain, une extravagante mascarade en sabir méditerranéen, où le bourgeois recevra la dignité de «grand mamamouchi».
Comédie-ballet en cinq actes et en prose sur une musique de Lully.

 

ACTEURS

MONSIEUR JOURDAIN, bourgeois.
MADAME JOURDAIN, sa femme.
LUCILE, fille de M. Jourdain.
NICOLE, servante.
CLÉONTE, amoureux de Lucile.
COVIELLE, valet de Cléonte.
DORANTE, comte, amant de Dorimène.
DORIMÈNE, marquise.
MAÎTRE DE MUSIQUE.
ÉLÈVE DU MAÎTRE DE MUSIQUE.
MAÎTRE À DANSER.
MAÎTRE D'ARMES.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.
MAÎTRE TAILLEUR.

 

 

 

Vocabulaire tiré de Molière

 

La recette         l’argent qu’on a gagné

Un charlatan      escroc, un vaurien

Le monarque     le roi, le chef

Amovible          qu’on peut déplacer, bouger

En catimini        en cachette, discrètement

Pingre               personne avare

Extirper             arracher, faire disparaître complètement

Inhumer            enterrer avec les cérémonies

Fieffé                qui possède un gros défaut (un fieffé menteur)

Volage              peu fidèle en amour

Un olibrius        individu excentrique

Virtuose            personne extrêmement habile dans un art

Irascible            prompt à la colère, irritable

Un dévot           très pieux, religieux

Du verjus          suc acide tiré du raisin encore vert

Friand               qui aime les mets délicats

Rustaud            qui manifeste de la grossièreté

Stipuler             faire savoir expressément

Calembour        jeu de mots

Si d’aventure     au cas où

Éloquence         don de la parole, facilité à s’exprimer

Fourbe              qui trompe ou agit mal en se cachant

Perfide              qui cache son désir de nuire, sournois

Tartuffe             personne hypocrite

Barbon              homme âgé

Saltimbanque    acrobate, amuseur ambulant

Fagoté              vêtu sans goût

Souffreteux       de constitution fragile, souvent malade

Rhétorique        art de bien parler pour convaincre ou séduire       

 

Des termes propres au théâtre :

1/Le texte théâtral

Le texte des répliques : Il est précédé par le nom des personnages, Il se définit comme un discours : la parole du personnage qui s’exprime.

Les didascalies : c'est l’ensemble des indications imprimées dans la pièce. la liste des personnages, leurs noms en tête des répliques, les marques de division du texte (Acte, scène), les indications scéniques (entrées et sorties des personnages, utilisation de l’espace, gestes, costumes, tons...), des indications de lieu, de décor...

2/La parole au théâtre

La double énonciation : la communication théâtrale se caractérise par l’existence d’un double destinataire : le personnage s’adresse à un autre personnage et au public.

Le monologue : le personnage s’adresse à lui-même; par ce jeu il informe le spectateur de ses sentiments.

Le dialogue : échange de répliques entre différents personnages d’une scène.

L’aparté : le personnage s’adresse ouvertement au public en s’efforçant de ne pas être entendu des autres personnages.

La tirade : c'est une longue prise de parole d’un des personnages.

Le quiproquo : consiste dans une méprise ou un malentendu entre les personnages alors que le public connaît ce que chacun des personnages ignore sur l’autre.

3/ L’action au théâtre

Une pièce de théâtre est avant tout un drame, c’est à dire une action. On distingue trois étapes dans le déroulement dramatique.

L’exposition : c’est la situation initiale. Elle présente le sujet de la pièce et fournit les indications nécessaires sur le lieu, le temps de l’action et les rapports entre les personnages.

Le nœud de l’action : il présente la nature du conflit. L’enchaînement peut être bouleversé par des péripéties appelées coups de théâtre.

Le dénouement : C’est la scène finale. L’action se résout. Le dénouement conclut en fixant le sort des personnages.

 

 

 

 

 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #II D ESABAC

Repost 0
Commenter cet article