Saint-Honorat

 

 

St-Honorat

   (cz) 

 

    

 

 

Dimanche 2 juin 2013 7 02 /06 /Juin /2013 08:11

 

 

 

 

MUNCH.jpg

 

 

Mélancolie, Edward Munch, 1891
Huile sur toile 72 x 98 cm
Bergen, Musée des beaux-arts

 

 

 

 

VIZAVI

   

 

Saggio breve

 

Dopo avere analizzato l’insieme dei documenti, formulate un saggio breve in riferimento al tema posto (circa 600 parole).

 

 

Mal du siècle, spleen et “mal di vivere”: différentes façons de concevoir la même douleur ?

 

 

Document 1 :

 

Comment exprimer cette foule de sensations fugitives que j'éprouvais dans mes promenades ? Les sons que rendent les passions dans le vide d’un cœur solitaire ressemblent au murmure que les vents et les eaux font entendre dans le silence d’un désert ; on en jouit, mais on ne peut les peindre.
L’automne me surprit au milieu de ces incertitudes : j’entrai avec ravissement dans le mois des tempêtes. Tantôt j’aurais voulu être un de ces guerriers errant au milieu des vents, des nuages et des fantômes ; tantôt j’enviais jusqu’au sort du pâtre que je voyais réchauffer ses mains à l’humble feu de broussailles qu’il avait allumé au coin d’un bois. J’écoutais ses chants mélancoliques, qui me rappelaient que dans tout pays le chant naturel de l’homme est triste, lors même qu’il exprime le bonheur. Notre cœur est un instrument incomplet, une lyre où il manque des cordes, et où nous sommes forcés de rendre les accents de la joie sur le ton consacré aux soupirs.
Le jour, je m’égarais sur de grandes bruyères terminées par des forêts. Qu’il fallait peu de chose à ma rêverie ! une feuille séchée que le vent chassait devant moi, une cabane dont la fumée s’élevait dans la cime dépouillée des arbres, la mousse qui tremblait au souffle du Nord sur le tronc d’un chêne, une roche écartée, un étang désert où le jonc flétri murmurait ! Le clocher solitaire s’élevant au loin dans la vallée a souvent attiré mes regards ; souvent j’ai suivi des yeux les oiseaux de passage qui volaient au-dessus de ma tête. Je me figurais les bords ignorés, les climats lointains où ils se rendent ; j’aurais voulu être sur leurs ailes. Un secret instinct me tourmentait : je sentais que je n’étais moi-même qu’un voyageur, mais une voix du ciel semblait me dire : « Homme, la saison de ta migration n’est pas encore venue ; attends que le vent de la mort se lève, alors tu déploieras ton vol vers ces régions inconnues que ton cœur demande. »

« Levez-vous vite, orages désirés qui devez emporter René dans les espaces d’une autre vie ! » Ainsi disant, je marchais à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie, ni frimas, enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon cœur.

 

François-René de Chateaubriand, René (1802)

 

 

 

Document 2 :

 

La cloche fêlée

 

II est amer et doux, pendant les nuits d'hiver,
D'écouter, près du feu qui palpite et qui fume,
Les souvenirs lointains lentement s'élever
Au bruit des carillons qui chantent dans la brume.

 

Bienheureuse la cloche au gosier vigoureux            5
Qui, malgré sa vieillesse, alerte et bien portante,
Jette fidèlement son cri religieux,
Ainsi qu'un vieux soldat qui veille sous la tente!

 

Moi, mon âme est fêlée, et lorsqu'en ses ennuis
Elle veut de ses chants peupler l'air froid des nuits, 10
II arrive souvent que sa voix affaiblie

 

Semble le râle épais d'un blessé qu'on oublie
Au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts
Et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts.

Charles Baudelaire, Les fleurs du mal, Spleen et Idéal, LXXIV, 1857

 

 

Document 3 :

L'angoisse

Nature, rien de toi ne m'émeut, ni les champs
Nourriciers, ni l'écho vermeil des pastorales
Siciliennes, ni les pompes aurorales,
Ni la solennité dolente des couchants.

Je ris de l'Art, je ris de l'Homme aussi, des chants,        5
Des vers, des temples grecs et des tours en spirales
Qu'étirent dans le ciel vide les cathédrales,
Et je vois du même oeil les bons et les méchants.

Je ne crois pas en Dieu, j'abjure et je renie
Toute pensée, et quant à la vieille ironie,                       10
L'Amour, je voudrais bien qu'on ne m'en parlât plus.

Lasse de vivre, ayant peur de mourir, pareille
Au brick perdu jouet du flux et du reflux,
Mon âme pour d'affreux naufrages appareille.

 

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, 1866

 

 

 

Document 4 :

 

Spesso il male di vivere ho incontrato:
      era il rivo strozzato che gorgoglia,
      era l'incartocciarsi della foglia
      riarsa, era il cavallo stramazzato.

5    Bene non seppi, fuori del prodigio
      che schiude la divina Indifferenza:
      era la statua nella sonnolenza
      del meriggio, e la nuvola, e il falco alto levato. 

       Eugenio Montale      [ Ossi di seppia, 1925]

 

 

 

 

Document 5:

 

Mélancolie, Edward Munch, 1891
Huile sur toile 72 x 98 cm
Bergen, Musée des beaux-arts

 

 

Par memoiresdeprof.over-blog.com - Publié dans : Esabac
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Ce blog s'adresse  à  mes  élèves et à tous ceux  qui souhaitent partager la culture francophone .

Pour mes élèves, sans être un cahier de textes ni une reprise systématique des cours,il sert à faire le point sur certains aspects du programme, sur les devoirs et les lectures. On peut y demander des renseignements, y trouver les textes et documents étudiés  et intervenir en déposant un commentaire.

Carlo Zerba

 

Homme libre toujours tu chériras la mer!

La mer est ton miroir; tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de la lame,

Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

Charles Baudelaire, XIV Spleen et Idéal,

Les fleurs du mal (1857),  

 

 

Liceo classico "E. Cairoli"

 

 

CAIROLI

 

Hortus conclusus

 

 

Aux collègues qui s'aventureraient ici et reconnaîtraient leurs travaux, j'adresse mes humbles excuses si j'ai oublié de mentionner leur nom. Je me ferais un devoir de corriger cet éventuel oubli dès qu'il me serait signalé.

 

 

  

Aux collègues qui s'aventureraient ici, je cède volontiers ces documents mais j'apprécierais qu’un petit mot me soit adressé et que leur origine soit mentionnée lors d'une utilisation pour un cours.

 

 

 

2013-07-14 10.54.32

 

memoiresdeprof.blogspot

 

 

 

 

 

CASTAGNOLA 1 

 

levertparadisdesamoursenfantines

 

 

 "Je n'ai pas une goutte de sang français,

mais la France coule dans mes veines"

Romain Gary

 

"Je n'éprouve pas le besoin d'en faire une

oeuvre d'art, mais de raconter ce qui est différent"  

Albert Camus Noces à Tipasa

 

 

"Io sto dalla parte della cicala
che il più bel canto non vende, regala."

Gianni Rodari Alla Formica

 

 

 

A tous, bonne découverte !

 

 

Recherche

Partager

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Flânant parmi mes souvenirs

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s'est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.

 

Il n'y a bête ni oiseau
Qu'en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie.

 

Rivière, fontaine et ruisseau
Portent en livrée jolie
Gouttes d'argent, d'orfèvrerie;
Chacun s'habille de nouveau:
Le temps a laissé son manteau

 

             René Charles d'Orléans

 

 

Petits poèmes en bandes dessinées

 

 

 

 

 

avril

 

Les Très Riches Heures du duc de Berry,  avril

 

(Charles d'Orléans, en bleu, à gauche)

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés