Jeanne d'Arc 1412 - 2012 : Une héroïne universelle - Dossier Hérodote

Publié le 12 Février 2012

 

 

 

JEANNE DARS MINIATURE DU XV siecle

 

 

 

 

 

Hérodote dossier

 

http://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=141&ID_dossier=131

 

 

 

 

 

 

JEANNE-DARC.jpg

 

Le film de Luc Besson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=fJmGR1oQjEA

 

 

 

Canal Académie

Proche et lointaine : Jeanne d’Arc

par Philippe Contamine
Jeanne d’Arc - communication de Philippe Contamine
prononcée en séance publique
devant l’Académie des sciences morales et politiques le lundi 23 juin 2003.

 

 

 http://www.canalacademie.com/ida116-Proche-et-lointaine-Jeanne-d-Arc.html?var_recherche=Jeanne%20d%27Arc

 

 

 

Jules Michelet "Jeanne d'Arc, la Pucelle d'Orléans"

 

http://www.herodote.net/Textes/Michelet_Jeanne_Darc.pdf

 

 

L’originalité de la Pucelle, ce qui fit son succès, ce ne fut
pas tant sa vaillance ou ses visions ; ce fut son bon sens. A
travers son enthousiasme, cette fille du peuple vit la question
et sut la résoudre.
Le noeud que les politiques et les incrédules ne pouvaient
délier, elle le trancha. Elle déclara au nom de Dieu
que Charles VII était l’héritier ; elle le rassura sur sa légitimité,
dont il doutait lui-même. Cette légitimité, elle la sanctifia,
menant son roi droit à Reims, et gagnant de vitesse sur
les Anglais l’avantage décisif du sacre.
Il n’était pas rare de voir les femmes prendre les armes.
Elles combattaient souvent dans les sièges, témoin les
trente femmes blessées à Amiens, témoin Jeanne Hachette.
Au temps de la Pucelle et dans les mêmes années, les
femmes de Bohême se battaient comme les hommes, dans
les guerres des Hussites.
L’originalité de la Pucelle, je le répète, ne fut pas non
plus dans ses visions. Qui n’en avait au moyen âge ? Même
dans ce prosaïque quinzième siècle, l’excès des souffrances
avait singulièrement exalté les esprits. Nous voyons, à Paris,
un frère Richard remuer tout le peuple par ses sermons, au
point que les Anglais finirent par le chasser de la ville. Le
carme breton Conecta était écouté à Courtrai, à Arras, par
des masses de quinze ou vingt mille hommes. Dans l’espace
de quelques années, avant et après la Pucelle, toutes les provinces
ont leurs inspirés. C’est une Pierrette bretonne qui
converse avec Jésus-Christ. C’est une Marie d’Avignon, une
Catherine de La Rochelle. C’est un petit berger, que Xaintrailles
amène de son pays, lequel a des stigmates aux pieds
et aux mains, et qui sue du sang aux saints jours.

 

 

 

 

http://www.stejeannedarc.net/

 

 

http://www.jeanne-darc.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #Histoire

Repost 0
Commenter cet article

Alain VAUGE 15/03/2012 20:07


6 janvier 2012 - 13 mai 2012 : quatre mois pour parler de Jeanne. Puis il faudra attendre 2031 pour le 600e anniversaire de sa mort et 2112 pour le 700e de sa naissance. Je crains de n'être
présent ni à l'u ni à l'autre. 


Maîtres et maîtresses d'école comme on disait dans un jadis pas bien lointain, professeurs d'Histoire, je vous prie "à jointes mains" pour paraphraser Jeanne d'Arc, de conserver à l'enseignement
de l'Histoire de France toute sa place. Pour ma part, étant enfant, j'avais une grande aversion pour les dates des guerres et des traités, mais une immense envie de connaître les personnages
historiques, petits ou grands.


Je n'ai guère changé.


Bien cordialement,


Alain VAUGE


(auteur de "J'ai nom Jeanne la Pucelle, Journal d'une courte vie" qui vient de paraître aux Editions Bénévent)