Henri Tachan : " L'Adolescence", "L'Amour et l'Amitié", "Le Grand Méchant Loup"

Publié le 8 Décembre 2012

 

 

 

tachan2.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

Je remercie mon amie et collègue

 

Christine Lemoigne

 

qui m'a invité à écouter ce chanteur .....

 

 

 

EXTRA !!!

 

 

 

 

 

 

 

L' Adolescence

 

 


C'est un coin d'herbes folles, de bleuets, de chiendent,
Blotti entre la jungle infernale des grands
Et le petit jardin tranquille de l'Enfance,
C'est une île inconnue de vos cartes adultes,
Un lagon épargné, une prairie inculte,
Une lande battue où les korrigans dansent,
L'Adolescence...

C'est l'échelle de soie, c'est Juliette entrevue,
Debout dans le miroir c'est la cousine nue
Qui s'émerveille et crie au fond de mon silence,
C'est un baiser volé à la barbe du Temps,
C'est deux enfants qui s'aiment à l'ombre d'un cadran
Où sous chaque seconde l'Immortalité danse,
L'Adolescence...

C'est "Toujours", c'est "Jamais", c'est éternellement
Le coeur au bord des lèvres, le spleen à fleur de dents
Et au ventre volcan l'Amour incandescence,
C'est "Je t'aime : on se tient !" c'est "Je t'aime : on se tue !"
C'est la Vallée de la Mort de l'autre côté de la rue,
Vers les noirs pâturages la haute transhumance,
L'Adolescence...

C'est les poings dans les poches fermés à double tour,
C'est "Familles, je vous hais !", c'est René à Combourg,
Ophélie qui se noie, c'est Lucile qui s'avance,
C'est notre Diable au corps, c'est le Grand Meaulnes en route,
C'est ce vieux Bateau Ivre qui reviendra sans doute
Les flancs chargés d'oiseaux, de fleurs et d'innocence,
L'Adolescence...

 

Depuis plus de vingt ans que j'y ai jeté l'ancre
Dans ce pays de fous, de chiens tièdes et de cancres,
Depuis plus de vingt ans j'y passe mes vacances,
Et comme ce vieillard de quatre-vingts printemps
Qui s'endort, un beau soir, et qu'on couche dedans
Son petit, tout petit coin de terre de Provence,
Couchez-moi, je vous prie, quand viendra le moment,
Dans ma terre, mon pays, couchez-moi doucement
En Adolescence, en Adolescence !

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=4RoVcjOMlpY

 

 

  TACHAN

 

 

 

 

L'Amour et l'Amitié

 

 

 

Entre l'amour et l'amitié
Il n'y a qu'un lit de différence,
Un simple "pageot", un "pucier"
Où deux animaux se dépensent,
Et quand s'installe la tendresse
Entre nos corps qui s'apprivoisent,
Que platoniquement je caresse
De mes yeux ta bouche framboise,
Alors l'amour et l'amitié
N'est-ce pas la même romance ?
Entre l'amour et l'amitié
Dites-moi donc la différence...

Je t'aime, mon amour, mon petit,
Je t'aime, mon amour, mon amie...

Entre l'amour et l'amitié ils ont barbelé des frontières,
Nos sentiments étiquetés,
Et si on aime trop sa mère
Ou bien son pote ou bien son chien,
Il paraît qu'on est en eau trouble,
Qu'on est cliniquement freudien
Ou inverti ou agent double,
Alors que l'amour et l'amitié
Ont la même gueule d'innocence,
Entre l'amour et l'amitié
Dites-moi donc la différence...

Je t'aime, mon amour, mon petit,
Je t'aime, mon amour, mon amie...

Entre l'amour et l'amitié
La pudeur a forgé sa chaîne,
A la barbe du Monde entier
Et de ses gros rires gras de haine,
Bon an, mal an, les deux compagnes
Se dédoublent ou bien s'entremêlent,
Comme sur la haute montagne
Le ciel et la neige éternelle,
Entre l'amour et l'amitié
Se cache un petit bout d'enfance,
Entre l'amour et l'amitié
Il n'y a qu'un lit de différence...

Je t'aime, mon amour, mon petit,
Je t'aime, mon amour, mon amie!

 

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=G-KiWstdPpY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand méchant loup

 

 

  

Le loup, depuis toujours, a eu le mauvais rôle.

Sous son grand manteau noir, il ricane, le drôle.

C'est le vilain Apache, le sanguinair'e Sioux,

C'est l'esquinteur d'enfants, c'est le grand méchant loup.

 

Pauvres hommes, pauvres pommes, pauvres Américains,

Combien de visages pâles et combien d'Indiens ?

 

Les trois petits cochons, tout au fond de leur planque,

Entassaient leurs millions (y avait pas encor'e d'banque)

Lorsque surgit, vengeur, le drapeau noir en main,

Notre Arsène Lupus, notre Arsène Loupin.

 

Pauvres hommes, pauvres pommes, pauvres marchands de grains,

Combien d'Oncle Picsou et combien de Mandrin ?

 

L'agnelet dodu buvait dans l'onde pure,

Cachant dessous sa laine une tendre nourriture.

Le loup, en salivant, lui dit : « Mon pauvre agneau :

Même Jean de la Fontaine raffolait du gigot. »

 

Pauvres hommes, pauvres pommes, pauvres suceurs de sang,

Combien de cannibales, combien de non-violents ?

 

Le Petit Chaperon rouge, déjà fieffée salope,

Avec son p'tit pot d'beurre et sa petite culotte,

A dit à l'animal : « Tu viens chez moi, mon loup ? »

A une pareille invite, qui refuse, qui de vous ?

 

Pauvres hommes, pauvres pommes, pauvre triste tapin,

Combien reste-t-il d'anges et combien de putains ?

 

Le loup, sur son chemin de jeûne et de misère,

Explique à un beau chien, bien luisant, bien prospère,

A la vue de la chaîne accrochée à son cou :

« A toi la vie de chien, à moi la mort du loup. »

 

Pauvres hommes, pauvres pommes, pauvres caniches nains,

Combien y a-t-il d'esclaves et combien de mutins ?

 

Ne mêlez plus le loup à vos sales histoires.

Vos contes, vos dictons, c'est de la merde à boire

Et si la faim, elle fait sortir le loup du bois,

Vos guerres vous font sortir de partout à la fois.

 

Pauvres mecs, pauv' blancs-becs, pauvres tristes filous,

Combien reste-t-il d'hommes, dites-moi, et de loups ?

   

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=rj8ucDz3bUY

 

   

 

 

 

 

LE BLOG

 

 

http://www.tachan.org/

 

 

 

 

 

 

 

Paroles de chansons

 

http://www.musikiwi.com/artistes/henri-tachan,631.html

 

 

 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #Chansons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article