"Erika, Erika" de Gilles Servat ... Et la tragédie du "Costa Concordia" à l' "Isola del Giglio"

Publié le 2 Février 2012

 

 

 

ERIKA-1.jpg

 

 

 

 

La tragédie de l'"Isola del Giglio" m'a rappelé une autre tragédie  

 

mise en musique dans cette chanson de

 

 

Gilles Servat...

 

http://www.gillesservat.fr/fr/

 

  

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Servat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ERIKA.png

 

 

 

Un pavillon de complaisance
Un armateur digne de confiance
Le bénéfice pour étendard
Quelques esclaves pour équipage
Une couche de rouille pour le planage
Et vingt-deux mille tonnes de coltar

(Refrain)
Erika, Erika
Je n'irai plus, je n'irai plus
Chez ton affréteur par hasard

Les hommes avaient fait un beau rêve
Les siècles du progrès s'achèvent
C'est plutôt sur un cauchemar.
Rien n'a beaucoup changé sur Terre
En cette fin de millénaire
La connerie humaine mise à part

(Au refrain)

Souillés, les rivages de l'enfance
Souillées, les amours de vacances
Souillé, le sable des mémoires
Sali, le travail des presqu'îles
Et la réputation des îles
Salie, la lumière des grands phares.

(Au refrain)(x2)

Sur leurs cirés, les bénévoles
Ont écrit en noir ces paroles :
«Ce naufrage n'était pas fatal»
Ce qu'on ramasse avec nos pelles
Naviguait dans une vieille poubelle
Pour épargner quelques dollars.
Ce qu'on ramasse avec nos pelles
Naviguait dans une vielle poubelle
Pour faire bander le capital.

(Au refrain)

 

 

 

 

 

 

 

 

La catastrophe de l'ERIKA

 

Le 12 décembre 1999, on apprenait le naufrage du Pétrolier ERIKA

 face aux côtes françaises. Brisé en deux, le fioul contenu dans 3 de

ses cales partait à la dérive (on ne sait pas exactement quelle quantité:

 entre 10000 et 15000 tonnes)...

 

http://limouz.chez.com/maree_noire_erika/erika01.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #Chansons

Repost 0
Commenter cet article