Éric-Emmanuel-Schmitt : "L'Enfant de Noé" / Il ragazzo di Noé Sacro Monte di Varese

Publié le 30 Juin 2013

 

 

 

 

 

 Noe.gif

 

 

 

 

Fondazione Paolo VI Sacro Monte di Varese

 

mardi,  le 16 juillet 2013,  à 21 h.

 

 

 

Le cycle de l’invisible

 

Ce « cycle » compte cinq romans d’Éric-Emmanuel Schmitt :

 

 Milarepa,Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran,

 

Oscar et la dame rose, L’Enfant de Noé et

 

Le Sumo qui ne pouvait pas grossir.

 

 Ces romans traitent tous d’un sujet en général évité, tabou :

 

 la religion.

 

 

L’enfant du roman, Joseph, est celui qui est au coeur de l’intrigue.

Noé est ici symbolisé par le père Pons, qui sauve les êtres et les

cultures menacés. Il a transformé sa cave en arche protectrice où

se réfugient tous ceux qui craignent pour leur vie actuelle,

 mais également pour la pérennité de leur savoir, de leur coutumes, 

 moeurs, croyances …

Joseph, qui entretient avec le père Pons une relation filiale,

est donc un peu comme L’Enfant de Noé.

À la fin de notre roman, page 107, Joseph explique le procédé

de la multiplication exactement comme ce fut

le cas avec les fils de Noé :

un seul homme est à l’origine de centaines d’autres.

 

Éric-Emmanuel-Schmitt  L'Enfant de Noé 

 

 

ED. MAGNARD, Classiques et Contemporains  

 

 

 

 

 

 

 

Le site de l'écrivain

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
sur ce blog :
 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #SCHMITT É.-EMMANUEL

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article