De "La Scala" de Milan à Baudelaire "Hier on m'a mené au théâtre" Les vocations (Le Spleen de Paris)

Publié le 5 Mai 2014

 

 

 

 

 

 

20140505_154039.jpg

 

 

 

Aujourd'hui, on nous a menés au théâtre...

 

 

  20140505_144400-copie-1.jpg

 

 

Quel bonheur que de respirer le parfum d'opéra et de musique

 

en songeant à Stendhal et à la loge de la comtesse Pietranera,

 

qui "arrivée à Milan... se prit de passion pour l'Opéra à la mode" et

 

"allait s'enfermer toute seule,durant de longues heures,

 

à la Scala" 

 

 

 

 

20140505_154850.jpg 

 

 

C'était pour une invitation scolaire avec la V D

 

au programme

 

Maurice Ravel

 

  avec le

 

 

"Quartetto d'Archi della Scala Trio Johannes"

 

 

  20140505_144354.jpg

 

 

et tout d'un coup le souvenir est apparu...

 

 

 

 

"Hier on m'a mené au théâtre. Dans des palais grands et tristes, au fond desquels on voit la mer et le ciel, des hommes et des femmes, sérieux et tristes aussi, mais bien plus beaux et bien mieux habillés que ceux que nous voyons partout, parlent avec une voix chantante. Ils se menacent, ils supplient, ils se désolent, et ils appuient souvent leur main sur un poignard enfoncé dans leur ceinture. Ah! c'est bien beau! Les femmes sont bien plus belles et bien plus grandes que celles qui viennent nous voir à la maison, et, quoique avec leurs grands yeux creux et leurs joues enflammées elles aient l'air terrible, on ne peut pas s'empêcher de les aimer. On a peur, on a envie de pleurer, et cependant l'on est content... Et puis, ce qui est plus singulier, cela donne envie d'être habillé de même, de dire et de faire les mêmes choses, et de parler avec la même voix..."

 

Charles Baudelaire Les vocations    Le Spleen de Paris

 

 

 

 

 

Rédigé par memoiresdeprof.over-blog.com

Publié dans #BAUDELAIRE CHARLES

Repost 0
Commenter cet article